Les 3 critères à mettre en avant pour acheter l’écran plat de vos rêves !

Ecran 3DLes critères pour sélectionner l’écran plat de vos rêves sont :

La qualité de l’affichage

A une exception près, tous les écrans LCD 17 pouces sont conçus pour travailler dans une définition de 1 280 x 1 024 points – comme les 19 pouces à tube -,qui correspond à la définition « physique » de leur dalle. Contrairement aux écrans cathodiques, ils gèrent moins bien le 800 x 600 ou le 1024 x 768 points, car ils sont obligés de les simuler en associant leurs pixels de façon complexe. C’est pénalisant pour lire du texte, mais aussi pour les jeux, car la géométrie de l’image peut être altérée.

Mieux vaut avoir un PC puissant, doté d’une carte graphique haut de gamme, pour faire tourner des jeux de façon fluide, dans la définition optimale de 1280 x 1024 points. Faute de quoi, il faudra se contenter du 640 x 480, plus propre, chaque point étant formé de quatre pixels.

L’angle de vision est très important, surtout en horizontal, car il détermine jusqu’où l’utilisateur peut se décaler, à gauche ou à droite de l’écran, tout en gardant une vision claire de l’affichage. Il doit être au minimum de 120° s’il y a plusieurs spectateurs.

Un écran de bonne qualité doit respecter les couleurs de l’image, sans les accentuer ou les atténuer, en particulier pour la retouche photo et la vidéo. On peut corriger un léger défaut à l’aide des réglages de couleurs, mais pas rattraper une grosse faille. Et il y a de grandes différences entre les écrans LCD d’entrée de gamme et haut de gamme.

Enfin, luminosité et contraste jouent un rôle important dans la qualité d’affichage, surtout quand on veut regarder des vidéos ou placer l’écran dans une salle de réunion. Le contraste doit être supérieur à 50 :1 et la luminosité à 150 cd/m 2 (candelas par mètre carré).

Si vous avez récemment cherché à remplacer l’écran de votre PC de bureau , vous avez peut-être remarqué : les modèles de 19 pouces de diagonale (48,3 cm) au format 4/3 ont beaucoup moins la cote. Ils se sont fait voler la vedette par les moniteurs panoramiques au format 16/10, plus adaptés aux usages multimédias.

Les vedettes actuelles ce sont sans nul doute les écrans de 22 pouces (55,9 cm), dont les prix ne cessent de baisser et qui restent moins élitistes, moins « frime » que des modèles de plus grande taille (24 pouces et plus). Tous affichent une résolution de 1680 x 1050 points, confortable aussi bien pour la bureautique que pour le multimédia (notamment pour regarder des films en HD). Les amateurs de jeux exigeant devront toutefois s’assurer que leur carte graphique est suffisamment puissante s’ils souhaitent jouer avec la résolution native de leur écran.

L’ergonomie

Certains 17 pouces ont un menu de réglage qui s’affiche à l’écran , mais la navigation s’avère plus ou moins agréable selon les modèles. Dans tous les cas, il est préférable d’avoir des boutons en façade pour régler rapidement le contraste et la luminosité en fonction des variations de l’éclairage ambiant.

Certains modèles sont livrés avec un logiciel d’étalonnage des couleurs, qui rendra surtout service aux spécialistes des arts graphiques. Certains écrans peuvent pivoter autour d’un axe horizontal pour passer du traditionnel mode paysage au mode portrait.

Une fonction réservée aux modèles haut de gamme, qui sert essentiellement lorsqu’on effectue de la mise en page de documents (PAO). Les modèles qui disposent d’un réglage en hauteur s’avèrent aussi très appréciables en termes d’ergonomie.

Côté encombrement, les écrans bas de gamme sont les plus compacts : sans réglage de la hauteur, ni basculement en mode portrait, leurs pieds sont plus rudimentaires, donc moins volumineux. Enfin, certains constructeurs placent le transformateur dans le pied de l’écran, ce qui simplifie les connexions et augmente la stabilité de l’ensemble.

L’équipement

Si tous les écrans LCD sont munis d’une classique prise VGA pour être reliés à la sortie vidéo analogique d’un micro , certains modèles disposent également d’une prise DVI ( Digital Video Interface ). A condition d’être branchés sur une carte graphique équipée d’une prise correspondante, ils affichent une image de meilleure qualité car le signal vidéo est transmis en numérique, sans conversion analogique et donc sans dégradation.

Certains écrans peuvent ainsi être simultanément branchés sur deux ordinateurs, l’un sur la prise VGA, l’autre sur la prise DVI, et afficher l’image de l’un ou de l’autre, à la demande. Quelques modèles sont même équipés de deux prises VGA et d’une prise DVI, pour offrir encore plus de souplesse.

Pratiques aussi, les écrans équipés de prises USB. Ils permettent de brancher facilement divers périphériques (clavier, souris, manette…). Certains modèles sont également dotés d’une prise casque et de haut-parleurs.

Si vous cherchez un téléviseur, il est maintenant difficile de trouver autre chose qu’un écran plat, LCD ou plasma. Mais connaissez-vous la différence entre ces deux technologies ? Il faut bien l’avouer, extérieurement, les écrans plasma et LCD se ressemblent beaucoup.

Des avantages et défauts communs

Dans un cas comme dans l’autre, l’encombrement est considérablement réduit par rapport à une TV cathodique. Alors que celle-ci mesure de 40 à 60 cm de profondeur pour une diagonale de 82 cm, les écrans LCD et plasma se limitent à une dizaine de centimètres. Autre gros avantage de ces derniers : la précision et la définition d’affichage sont considérablement accrues. Dans les tailles d’écran communes aux deux technologies, autour de 40 pouces, les définitions sont équivalentes ou assez proches (avec environ 1 280 x 720 points). Les détails des films apparaissent plus précisément… pour peu que la source soit de bonne qualité, et donc numérique : TNT, DVD, jeux vidéo ou PC de salon. Dès que la qualité se dégrade, avec une mauvaise réception analogique de la télé hertzienne, ces écrans amplifient les défauts. Il faut le savoir !

En termes de luminosité, on trouve de tout. Les LCD peuvent être faibles, convenables ou très lumineux, en fonction des lampes choisies par le fabricant pour éclairer la dalle. Les écrans plasma sont plus homogènes dans l’ensemble, avec une bonne luminosité.

Des rendus différents

On entend beaucoup parler du contraste ou du manque de contraste de certains téléviseurs. En réalité, cette mesure n’est pas totalement prépondérante dans la perception visuelle du spectateur. En effet, le contraste est mesuré en calculant le rapport de luminosité entre image blanche et image noire. Pour compenser le manque de profondeur du noir des LCD (les cristaux liquides laissent toujours passer un peu de lumière résiduelle), les constructeurs utilisent des lampes puissantes qui leur permettent d’obtenir un rapport blanc/noir plutôt favorable. Malgré cela, les images sombres affichées sur LCD sembleront toujours tirer un peu sur le gris. Les plasmas émettent aussi de la lumière dans les images noires, mais dans une moindre mesure.

Plus importante, la courbe de gamma traduit l’aptitude des écrans à reproduire les nuances les plus subtiles qui existent entre différentes couleurs. Dans ce domaine, les écrans à plasma ont un net avantage, avec des nuances de gris bien visibles dans les scènes les plus sombres. C’est cela qui généralement se traduit par « quelle belle image, cet écran est bien contrasté ! » .

Autre avantage du plasma, son angle de vue frôle les 180 degrés dans toutes les directions, alors que le LCD se cantonne à 110 ou à 130 degrés à l’horizontal, et moins de 90 degrés à la verticale.

Alors, vous emportez un écran à plasma ? Pas forcément. Cette technologie est tout d’abord sujette au marquage. Tout comme les TV cathodiques, la dalle d’affichage peut être marquée par des images statiques lumineuses affichées pendant trop longtemps. Il faut donc éviter de choisir un plasma pour une console de jeux ou un PC de salon à l’écran de veille pas bien réglé. Les plasmas sont également soumis à un effet de fourmillement, particulièrement sur les images lumineuses.

Les dernières générations d’écrans ont assez considérablement atténué cet effet, notamment avec des filtres antibruit, mais il reste néanmoins légèrement perceptible avec un faible recul. Si votre canapé est proche du téléviseur, vous avez plutôt intérêt à vous tourner vers le LCD.

Un choix presque obligé

Et cela tombe plutôt bien. En raison des contraintes actuelles de fabrication, les écrans LCD dépassent rarement les 40 pouces (102 cm), alors que cette diagonale constitue plutôt un minimum pour le plasma, qui lui s’étend communément à 50 pouces (127 cm), voire 60 (152 cm) pour les écrans d’exception. C’est pourquoi le fourmillement ne constitue pas vraiment un problème, car avec de telles diagonales, il est bien entendu nécessaire de ne pas rester le nez sur l’écran.

A titre d’exemple, un plasma de 50 pouces demande de 3,50 m à 4 m de recul. Finalement, vous risquez peut-être de ne pas avoir le choix : pour un écran de 32 pouces ou moins, vous ne trouverez presque que des LCD. Au-delà de 40 pouces, que des plasmas. Chacun choisira en fonction de son recul, de son utilisation, et de son goût personnel. Mais rien ne remplace une visite dans un magasin et une démonstration… obligatoire !

Etape 1 – Réglez la définition de l’affichage

Avec le bouton droit de la souris, cliquez sur un endroit vide du bureau de Windows et sélectionnez Propriétés . Dans la fenêtre qui s’affiche, cliquez sur l’onglet Paramètres . Vous avez accès aux réglages du moniteur. Dans la section baptisée Zone d’écran , faites glisser le curseur avec la souris jusqu’au point 800 x 600 .

Cliquez ensuite sur Avancé , puis sur l’onglet Carte . Dans la section Taux de rafraîchissement de la fenêtre qui s’affiche, sélectionnez 60 Hz . Cliquez sur Appliquer , puis répondez Oui et OK aux avertissements de Windows. Une fois les changements effectués, cliquez sur Oui pour valider ces choix. Ensuite, cliquez deux fois sur OK pour fermer ces fenêtres.

Etape 2 – Supprimez l’ancien écran dans Windows

Cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’icône Poste de Travail du bureau et sélectionnez Propriétés . Cliquez ensuite sur l’onglet Gestionnaire de périphériques pour afficher la liste des composants de votre micro.

Repérez la ligne baptisée Ecran et cliquez sur le petit signe + situé à sa gauche. Le nom de votre ancien moniteur apparaît. Sélectionnez-le avec la souris et cliquez sur le bouton Supprimer situé en bas à droite de la fenêtre. Validez et fermez en cliquant deux fois sur OK . Enfin, éteignez votre micro, puis votre moniteur.

Etape 3 – Enlevez l’ancien moniteur

Pour plus de sécurité, commencez par débrancher votre unité centrale, puis faites de même pour votre moniteur. Dévissez ensuite délicatement les deux vis latérales de la prise qui le relie à la carte graphique du micro. Sans forcer, retirez le câble. Vous pouvez ensuite ôter votre ancien moniteur de son emplacement.

Si vous désirez le garder (il peut toujours servir !), nous vous conseillons de le ranger dans son carton d’origine, si vous l’avez conservé, ou, en tout cas, à l’abri de la poussière et de la lumière, avec tous ses câbles. N’oubliez pas le CD-Rom ou la disquette des pilotes, au cas où vous auriez à le réinstaller ultérieurement.

Etape 4 – Branchez le nouvel écran plat

Sortez votre nouveau moniteur de son carton et commencez par brancher dessus le câble d’alimentation. Cela peut se faire en deux temps, car de nombreux moniteurs TFT disposent d’une alimentation externe qui prend la forme d’un petit boîtier. Reliez-le d’abord au moniteur, avec le petit câble électrique fourni, puis connectez-y le gros câble d’alimentation.

Posez votre moniteur sur votre bureau (remarquez l’espace gagné !), puis branchez-y le câble VGA que vous relierez à la carte graphique. Généralement, la prise correspondante est de couleur bleue. Reliez le câble d’alimentation à une prise électrique, puis allumez votre micro. Vous pouvez alors allumer également votre moniteur.

Etape 5 – Installez les pilotes et réglez le moniteur

Lors de son redémarrage, Windows détecte la présence d’un nouveau moniteur. Il vous invite donc à installer les pilotes correspondants. Lorsque cette fenêtre Assistant Ajout de nouveau matériel s’affiche, cliquez sur Suivant . Sélectionnez Rechercher le meilleur pilote pour votre périphérique et cliquez sur Suivant .

Cochez alors la case Lecteur de disquettes ou Lecteur de CD-Rom selon que les pilotes sont livrés sur l’un ou l’autre support. Insérez celui-ci dans le lecteur correspondant et cliquez sur Suivant . Lorsque Windows a trouvé ces pilotes, il vous l’indique. Cliquez sur Suivant puis sur Terminer .

Attendez la fin du chargement de Windows puis, avec le bouton droit de la souris, cliquez sur un point vide du bureau de Windows et sélectionnez Propriétés . Dans la fenêtre qui s’affiche, cliquez sur l’onglet Paramètres . Vous avez alors accès aux réglages du moniteur.

Dans la section baptisée Zone d’écran , faites glisser le curseur jusqu’au point 1024 x 768 . Cliquez sur Appliquer , puis répondez OK à l’avertissement de Windows. Une fois la définition réglée, cliquez sur Oui , puis sur OK pour valider.

By | 2013-02-12T09:48:06+00:00 janvier 30th, 2012|Ecran plat|0 Comments

Leave A Comment